Entre les incertitudes sur le présent et le retour de la peur du lendemain, après une brève pause de légèreté estivale… Drôle de rentrée ! Au travail, à l’école, dans tous les pans de notre quotidien, l’incertitude plane. Les entreprises, les établissements scolaires, les piscines, et les restaurants resteront-ils ouverts ? Que nous réserve la crise sanitaire et économique de cette pandémie mondiale ?

Etape 1: Cultiver l’espoir.

“La vie est une catastrophe et c’est un grand bonheur”;

“Merci pour les roses, merci pour les épines”;

“Le monde a toujours été difficile. Et il faut toujours garder l’espérance” Jean d’Ormesson.

Alors inspirons-nous des paroles de cet auteur célèbre et académicien, qui sonnent comme un mantra. L’incertitude extrême dans laquelle nous vivons actuellement, ne veut pas dire que tout est fichu. Il y a des raisons d’espérer que des lendemains heureux sont possibles. Pour le philosophe Fabrice Midal : “L’espoir, c’est le contraire de l’infantilité : être adulte, c’est savoir qu’il y a des limites, des choses que l’on ne sait pas, que l’on ne maîtrise pas et avancer quand même.”

Etape 2 : Accueillir nos émotions avec bienveillance.

Depuis quelques années maintenant, le concept du lâcher prise est à la mode. Reconnaissez pourtant, qu’il n’est pas très concret ! Qu’est-ce que je retiens avec tant de force et de crispation que je n’arrive pas à lâcher ? Attention à ce que cette quête absolue du détachement à tout prix ne revête un caractère abstrait, voire inaccessible. Alors soyez à l’écoute de vos émotions et cherchez à entendre ce qu’elles vous disent. En accueillant vos émotions vous pouvez les transformer. Alors osez respirer en conscience !

Etape 3 : Développer notre créativité.

Traverser cette période difficile, pleine de peurs et d’incertitudes, c’est aussi la possibilité de sortir de l’impuissance et de l’inquiétude en cherchant des solutions. Cette recherche nous permet de développer notre créativité et des ressources internes parfois ignorées jusque-là. Et aussi d’aller en profondeur vers la connaissance de soi, de ce que vous souhaitez, désirez, et de ce que nous ne voulez plus, de ce qui ne vous correspond plus. Alors osez chanter ! Pour ressentir en vous la puissance de votre souffle et la joie et le plaisir de produire des sons.

Etape 4 : Sortir de la paralysie et (re)donner du mouvement à la vie.

“What moves you, makes you” Spike Lee -scénariste, réalisateur, acteur, producteur- auteur du slogan de la dernière campagne pour les stylos Montblanc.

La traduction de ce message à caractère publicitaire pourrait être quelque chose comme “ce qui vous met en mouvement, ce qui vous fait bouger, fait de vous la personne que vous êtes”. Ramener cela à ce que nous vivons, c’est peut-être envisager que ce qui nous est apparu comme une catastrophe, peut devenir une occasion d’inventer de nouveaux possibles, d’ouvrir en soi les portes du changement ! Alors osez entrer dans la joie du mouvement, celle qui vous permettra de vous ajuster aux situations. Alors, dansez ! Seul, en couple, à plusieurs, pour ressentir l’énergie qui circule dans votre corps

Etape 5 : Oser sortir de sa bulle.

Se couper du monde pour se retirer dans ses rêves, en attendant que les choses s’arrangent toutes seules, n’est pas la solution. Au contraire, la vie nous demande d’évoluer, de progresser, d’oser. Nos ancêtres se sont attelés à la tâche pour inventer des choses qui à l’époque semblaient inimaginables, et c’est grâce à eux que nous sommes là aujourd’hui. Alors, oui en sortant de votre bulle, vous allez parfois prendre des claques, être déçu(e), triste, en colère…et aussi changer, avancer, vous créer des opportunités, des rencontres, ouvrir des portes (et en fermer d’autres).

 

Etape 6 : S’autoriser à être l’auteur de sa vie.

D’après les médias, suite au confinement, de nombreuses personnes auraient eu le désir de déménager (quitter les grands centres urbains) pour aller vivre en pleine nature. Attention cependant à ce que cette expression d’un désir de grand changement, ne soit pas en réalité une fuite ! Alors plutôt que d’imaginer qu’on irait mieux en fuyant nos problèmes pour un ailleurs idéalisé, mieux vaut se demander comment se réaliser pleinement en suivant son désir profond. Alors lisez “Etre l’auteur de sa vie” de Michelle –J. Noel (éd. Quintessence –2006).

Pour aller plus loin, vous pouvez vous plonger dans la lecture du livre du philosophe et écrivain, Fabrice Midal intitulé “Comment rester serein quand tout s’effondre” (éd. Flammarion –2020). L’auteur nous propose de vivre cette crise comme une opportunité pour tout reconstruire. “Croire que l’on peut être heureux ou apaisé en restant statique, c’est oublier que la vie est toujours en mouvement” dit-il.

Ne prenez dans tout ce que je vous propose que ce qui est juste et bon pour vous.

 

PRENDRE RENDEZ-VOUS
CONTACTEZ-NOUS