Après un an de pandémie, où en est notre sexualité ? Entre fatigue, idées noires, et envie d’un retour à une vie “normale”, décryptons l’évolution de notre désir. En ce deuxième printemps confiné, le moral de 40.5% des français est en berne d’après l’institut de sondage Gece.

Selon, l’Institut de Kinsey* un organisme de recherche en sexologie, l’activité érotique des couples s’est effondrée dans plus de la moitié des couples (55%). L’auteur de l’étude -un psychologue social américain- Justin Lehmiller déclare que : “Le sexe dans les couples de longue durée est une autre victime du Covid.”.

Cela s’explique peut-être aussi par ce qu’observe Isabelle Braun-Lestrat, vice-présidente du Syndicat national des sexologues cliniciens* :

“cette pandémie nous a plongés dans une vigilance vis-à-vis d’autrui très déstabilisante pour la libido : dès qu’on croise quelqu’un qui porte un masque, on le voit presque comme un danger potentiel. Et toutes les relations humaines de proximité sont de l’ordre de la méfiance et non plus de l’élan vers l’autre. La sexualité est déjà compliquée en période normale puisqu’on n’est pas toujours en phase avec les désirs de l’autre ni en connexion avec ses propres désirs, alors là…”

1. Comment dépasser le constat d’un désir en chute libre !

Le sexologue Gilbert Bou Jaoudé*, directeur scientifique des plateformes de téléconsultations charles.co et mia.co, observe que la plupart de ceux qui pratiquent encore une activité sexuelle ont leur niveau de satisfaction qui diminue. Cela s’explique car beaucoup de personnes se sentent dans une zone grise, ni bien, ni mal, ne s’estimant pas les plus épanouis, ni les plus à plaindre. Ils tiennent en attendant des jours meilleurs. Alors que la satisfaction sexuelle, comme toutes les satisfactions, dépend du contexte. Une ambiance d’amusement, de légèreté ou simplement la tranquillité d’esprit jouent sur l’intensité du désir et de l’excitation.

Ce médecin le rappelle : “3 facteurs impactent actuellement la libido :

• “ Le fait de rester plus longtemps à l’intérieur, alors que la lumière naturelle, en particulier celle de la matinée, est nécessaire pour stimuler la libido et le bien-être en favorisant la sécrétion de sérotonine et de mélatonine.

• L’augmentation de l’usage des écrans, alors que l’on sait que les personnes avec des troubles sexuels ont souvent une utilisation d’écran supérieure à la moyenne.

• Les rythmes du sommeil sont perturbés. Or le sommeil constitue la phase durant laquelle tout le système neurobiologique se réinitialise : c’est dans le sommeil profond que l’on a des érections nocturnes, des rêves érotiques et la mise en route hormonale.”

2. Trois pistes pour dépasser le constat “j’ai la libido en chute libre”

• Sortez le matin pour faire le plein de lumière du soleil ;

• Diminuez, voire limitez autant que possible votre exposition aux écrans (téléphone, tablette, ordi, télé);

• Prenez soin de vos nuits et de la qualité de votre sommeil (endormissement, durée, qualité) et si besoin allez consulter un spécialiste reconnu pour ses compétences en matière de troubles du sommeil (comme par exemple : ostéopathe, naturopathe, sophrologue, médecin homéopathe, hypnothérapeute, acuponcteur, praticien en Médecine Traditionnelle Chinoise).

3. Découvrez l’odeur qui réveille votre désir

Patty Canac, olfactothérapeute et professeure à l’Institut supérieur de la parfumerie de Versailles nous explique que l’odorat est le seul sens directement lié dans le cerveau au système limbique, siège de la mémoire et des émotions. Elle ajoute que : “Avant toute analyse, une odeur peut donc réveiller spontanément un événement passé avec moult détails sensoriels.”

Notez trois ou quatre odeurs qui ravivent en vous un souvenir d’une sexualité épanouie (évocation de la force de votre désir, de la sensualité de votre partenaire, de souvenirs érotiques intenses, etc.). Trouvez quels sont les odeurs qui stimulent votre libido et qui suscitent et attisent le désir en vous (dans votre corps et dans votre tête). Pour cela laissez-vous porter par vos souvenirs ! Car pour déclencher une émotion “érotique”, qui soit source de stimulation pour votre désir, une senteur doit avoir été associée et enregistrée en lien avec un événement marquant déjà vécu dans le passé. Une fois que vous avez sélectionné vos odeurs, sentez-les, respirez-les plusieurs fois par jour en prenant le temps de fermer les yeux et de laisser l’odeur raviver des images, des sensations, des émotions. Laissez-vous porter par ces évocations olfactives dans un voyage intérieur imaginaire au pays d’Eros.

Pour cette utilisation, les huiles essentielles s’avèrent faciles et pratiques (leur petit format vous permettra de les emporter partout).

Les huiles essentielles, composées de molécules aromatiques volatiles, stimulent l’odorat tout en influençant positivement notre ressenti émotionnel. Cécile Adant -pharmacienne et directrice du département formation Pranarôm/Herbalgem Biofloral- nous explique que : “En activant le système limbique, les fragrances déclenchent des sécrétions hormonales (sérotonine, dopamine, etc.) qui modulent l’humeur. Une huile essentielle, via l’olfaction, ne joue favorablement sur le système nerveux que si son odeur vous plaît.”

ATTENTION : en cas d’asthme, d’épilepsie, et chez la femme enceinte, demandez conseil à votre pharmacien !

4. Préparer son “Summer of love” avec l’auto-hypnose en libérant l’animal qui sommeille en vous !

Fermez-les yeux et cherchez dans votre mémoire, ce qui évoque pour vous votre plaisir sexuel dans ses aspects les plus actifs, stimulants, euphorisants et épanouissants. Laissez-vous porter par ces souvenirs. Plongez dedans : visualisez, ressentez et laissez-vous porter par tous vos sens et votre imagination. Une fois que vous êtes bien installé(e) dans la scène, imaginez que vous êtes un animal. Quel animal êtes-vous ? Observez-le. Notez toutes ses caractéristiques. Comment bouge-t-il ? Comment se comporte-t-il avec sa/son partenaire ? Que ressent-il ? Qu’est-ce qui provoque son désir ? Qu’est-ce qui stimule son excitation sexuelle ?

Une fois tous ces éléments récoltés, vous allez les intégrer dans vos séances d’auto-hypnose, si possible au moins 2 fois par jour (matin et soir). Pour ceux qui débutent, ou qui n’ont jamais pratiqué, je vous invite à découvrir cette pratique toute simple via les 3 vidéos qui sont publiées sur mon compte Instagram anneclaire_hypnoadel.

Pour les autres, c’est parti : on s’installe confortablement et au calme avant de fermer les yeux. Imaginez ou visualisez un lieu idéal de votre sensualité, un endroit dans lequel vous vous sentez bien, tellement bien, un endroit où vos sens sont en éveil. Si précédemment, vous avez trouvé l’odeur de votre désir, c’est le moment de la sentir (avant la séance, déposez une goutte sur vos poignets) et de vous laisser envahir par l’évocation de ces souvenirs sensuels chargés d’érotisme.

Puis imaginez-vous dans la peau de votre animal, visualisez-vous de l’extérieur comme de l’intérieur. Observez ses gestes, ses déplacements, son comportement vis-à-vis de son partenaire. Et connectez-vous à son ressenti sensoriel. Que se passe-t-il dans son corps ? Où et comment se manifeste son désir? Qu’est-ce qui lui procure du plaisir et de l’excitation ? Quand vous vous sentez bien installé(e), avancé(e) dans cette scène, vous évaluez sur une échelle de 1 à 10 le niveau de votre animal (symbole du niveau de désir, de libido, d’excitation et de plaisir sexuel dont vous avez besoin).

Si vous n’avez pas encore atteint, le niveau que vous souhaitez atteindre, vous continuez le travail de visualisation de votre animal et de stimulation olfactive, jusqu’à ce que vous ayez atteint le niveau désiré.

Si vous avez atteint le niveau que vous souhaitiez atteindre : c’est le signal pour vous que cette séance d’auto-hypnose est terminé. Il vous suffit de prendre une profonde inspiration d’ouvrir les yeux et de revenir ici et maintenant à vos activités, avec l’animal symbole de votre potentiel sexuel activé en vous.

En cas de difficulté dans la pratique de l’auto-hypnose, faites-vous aider par un professionnel du domaine. Et si vous n’obtenez pas de résultats ni avec l’olfactothérapie, ni avec la pratique de l’auto-hypnose, n’en restez pas là ! Allez consulter : un médecin sexologue, un psychothérapeute spécialisé, un thérapeute de couple, un hypnothérapeute spécialiste des troubles de la sexualité.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire :

• “Une sexualité à Soi – libérée des normes” du Dr Laura Berlingo (éditions Les Arènes). Cette gynécologue-obstétricienne donne des clés pour s’inventer une sexualité bien à Soi : “Une véritable libération sexuelle, ce n’est pas de jouir sans entraves, mais avoir une sexualité pensée, libre, dans des relations saines et égalitaires.”

• “Le guide de l’olfactothérapie” de G. Gérault, J.-C. Sommerard, C. Béhar et R. Mary aux éditions Albin Michel

*Article du Magazine ELLE n°3933 paru le 7 mai 2021, intitulé “Sexe, Covid et Libido”.

 

PRENDRE RENDEZ-VOUS
CONTACTEZ-NOUS